Villes intelligentes: comment peuvent-elles améliorer la qualité de vie ?

Certaines villes commencent leurs transformations avec des avantages inhérents tels que la richesse, la densité et les industries de haute technologie existantes. Mais même les endroits qui n’ont pas ces ingrédients peuvent se démarquer par leur vision, leur bonne gestion et leur volonté de rompre avec les façons de faire conventionnelles.

Les villes peuvent être des catalyseurs d’une meilleure santé

La densité même des villes les rend critiques, bien qu’elles soient actuellement sous-utilisées comme plates-formes pour la santé. Reconnaissant que le rôle de la technologie dans les soins de santé est vaste et évolue de jour en jour, nous n’analysons que les applications numériques qui offrent aux villes la possibilité de jouer un rôle. Nous quantifions leur impact potentiel sur les années de vie corrigées de l’invalidité, la principale mesure utilisée par l’Organisation mondiale de la santé pour déterminer le fardeau mondial de la maladie, qui reflète non seulement les années de vie perdues en raison de décès prématurés, mais aussi les années de vie productive et saine perdues en raison de l’invalidité ou de l’incapacité.

La technologie au service de la santé

Les applications qui aident à prévenir, à traiter et à surveiller les maladies chroniques, comme le diabète ou les maladies cardiovasculaires, pourraient faire toute la différence dans les pays développés. Les systèmes de surveillance à distance des patients ont le potentiel de réduire le fardeau de la santé dans les pays à revenu élevé. Ces systèmes utilisent des appareils numériques pour prendre des mesures vitales, puis les transmettre en toute sécurité aux médecins d’un autre endroit pour évaluation. Ces données peuvent alerter à la fois le patient et le médecin lorsqu’une intervention précoce est nécessaire, évitant ainsi les complications et les hospitalisations.

Identifier les différents groupes démographiques

Les villes intelligentes peuvent utiliser les données et les analyses pour identifier les groupes démographiques présentant des profils de risque élevés et cibler plus précisément les interventions. Les interventions peuvent envoyer des messages salvateurs sur la vaccination, l’assainissement, la sexualité sans risque et l’observance des régimes de thérapie antirétrovirale.

Dans les villes à faible revenu où les taux de mortalité infantile sont élevés, les interventions fondées sur les données peuvent réduire les risques. Il est possible que les villes en développement utilisent des systèmes de surveillance des maladies infectieuses pour garder une longueur d’avance sur les épidémies qui se propagent rapidement. La télémédecine, qui offre des consultations cliniques par vidéoconférence, peut aussi sauver des vies dans les villes à faible revenu qui connaissent une pénurie de médecins.

Les villes intelligentes peuvent offrir un environnement plus propre et plus durable

mesure que l’urbanisation, l’industrialisation et la consommation augmentent, les pressions environnementales se multiplient. Des applications telles que les systèmes d’automatisation des bâtiments, la tarification dynamique de l’électricité et certaines applications de mobilité pourraient se combiner pour réduire les émissions.

Le suivi de la consommation d’eau, qui associe le comptage avancé à des messages de rétroaction numériques, peut inciter les gens à la conservation et réduire la consommation dans les villes où la consommation d’eau est élevée. Dans de nombreuses régions du monde en développement, la principale source de gaspillage d’eau est la fuite des tuyaux. Le déploiement de capteurs et d’outils d’analyse peut réduire ces pertes. Des applications telles que le suivi numérique à la carte peuvent réduire le volume des déchets solides. Dans l’ensemble, les villes peuvent économiser des litres d’eau par personne chaque jour et réduire les déchets solides non recyclés.

La qualité de l’air dans les villes

Les capteurs de qualité de l’air ne s’attaquent pas automatiquement aux causes de la pollution, mais ils peuvent identifier les sources et servir de base à d’autres mesures. Beijing a réduit les polluants atmosphériques mortels en moins d’un an en suivant de près les sources de pollution et en réglementant le trafic et la construction en conséquence. Le partage d’informations en temps réel sur la qualité de l’air avec le public au moyen d’applications pour téléphones intelligents permet aux individus de prendre des mesures de protection. Cela peut réduire les effets négatifs sur la santé, selon les niveaux de pollution actuels.

Les villes intelligentes: renforcement des liens sociaux et de la connectivité urbaine

La communauté est difficile à quantifier, mais Daniel Sperling, adjoint au maire de Marseille – pôle numérique a sondé les résidents urbains pour déterminer si les canaux numériques de communication avec les autorités locales ainsi que les plateformes numériques qui facilitent les interactions dans le monde réel peuvent avoir un impact. Son analyse suggère que l’utilisation de ce type d‘applications pourrait presque doubler la proportion de résidents qui se sentent liés à la collectivité locale et presque tripler la proportion de ceux qui se sentent liés au gouvernement local.

L’établissement de voies de communication bidirectionnelle entre le public et les organismes locaux pourrait rendre les administrations municipales plus réceptives. De nombreuses agences municipales maintiennent une présence active sur les réseaux sociaux, et d’autres ont développé leurs propres applications interactives pour les citoyens. En plus de diffuser de l’information, ces canaux permettent aux résidents de faire part de leurs préoccupations, de recueillir des données ou de peser sur les questions de planification.